LEGO, jeux vidéo … le marché de l’art à la conquête des jeunes

Le Metropolitan Museum of Art a reproduit des chefs-d'oeuvre emblématiques de sa collection dans le jeu vidéo de Nintendo "Animal Crossing: New Horizons".
© Image Courtesy of the Metropolitan Museum of Art

Alors que le monde de l’art et de la culture a perdu des milliards d’euros du fait de la crise sanitaire actuelle, les institutions culturelles se tournent vers les jeux vidéo et les jouets pour séduire les nouvelles générations de visiteurs potentiels.

Certains musées et galeries ont rouvert leurs portes, mais les jauges sont limitées pour privilégier la distanciation sociale. C’est pourquoi des professionnels de l’art se tournent vers les jeux en ligne pour repenser l’expérience du visiteur.

Le festival international de Manchester a inauguré ce mois-ci la première édition d’une nouvelle série digitale intitulée, « Virtual Factory, » pour laquelle des artistes internationaux se sont inspirés du futur bâtiment du festival.

Cette construction signée Rem Koolhaas actuellement en construction s’appelle Factory. Une fois terminé, ce centre artistique aura coûté 110 millions de livres (122,7 millions d’euros).

Mais en attendant son inauguration, la Factory a été recréée virtuellement par l’artiste expérimental LaTurbo Avedon sur une île du mode créatif de Fortnite.

Les visiteurs de l’installation virtuelle « Your Progress Will Be Saved » ont la possibilité de soit jouer sur « Fortnite », en demandant par exemple une visite guidée du bâtiment avec LaTurbo sur la chaîne Twitch du festival, ou de choisir leurs propres aventures dans un voyage adapté sur le site internet Virtual Factory.

Autre exemple, le jeu « Occupy White Walls » qui permet aux gamers de concevoir leur propre galerie d’art virtuel à partir d’un catalogue de plus de 7.000 oeuvres issues pour la plupart de collections publiques.

Les utilisateurs de cet espace d’exposition virtuelle multijoueur peuvent faire appel à « Daisy », une assistante curatrice digitale qui analyse les données concernant les oeuvres choisies par les autres joueurs.

Depuis son lancement en novembre 2018, « Occupy White Walls » a attiré plus de 50.000 utilisateurs. Un joueur sur cinq s’est inscrit au cours des derniers mois, sûrement une conséquence du confinement.

En cette période de pandémie, de nombreuses institutions culturelles ont proposé des visites virtuelles de leurs galeries fermées à cause du coronavirus, mais d’autres sont allées plus loin notamment en recréant des oeuvres emblématiques pour le jeu à succès « Animal Crossing: New Horizons » de Nintendo.

Le Getty Center a conçu un « Animal Crossing Art Generator, » qui permet aux joueurs de facilement transformer une oeuvre de ses collections en motif à utiliser dans le jeu vidéo de simulation.

De même, le Metropolitan Museum of Art a généré des codes QR pour l’intégralité de sa collection de plus de 406.000 images en accès libre, pour que les oeuvres d’art puissent facilement décorer des îles et des maisons du titre « Animal Crossing: New Horizons. »

Autre stratégie, en vue de séduire un jeune public, l’Andy Warhol Foundation for the Visual Arts s’est associé à LEGO pour reproduire chez soi les oeuvres iconiques du maître du Pop Art.

Le célèbre portrait de Marilyn Monroe a été adapté en boîte LEGO ART de 3.332 pièces à repositionner en fonction de la personnalité et l’envie de l’amateur de briquettes et d’art.

Une idée cadeau qui pourrait aussi plaire aux moins jeunes, à en croire Louise Elizabeth Bontoft, directrice du design de LEGO Group, pour laquelle cet article permettrait aux adultes de se déstresser après une rude journée de travail, et de le faire de manière créative.

Avec l’AFP/Relaxnews

Sois le premier à commenter

Laisse une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*